Modifier

Jean Luc Vernal publie en 1996 le premier tome d'une longue série de bandes déssinées intitulées "Jugurtha". Il reprend le personnage historique qu'est ce prince Numide et en fait un héros d'aventures imaginaires. C'est le premier tome qui nous intéresse car il est celui qui reprend le personnage à ses sources et ne s'éloigne pas tant de la réalité historique. D'un point de vue esthétique, cette bande dessinée se place dans la lignée des héros type "Rahan". Grand, musclé et aventureux, Jugurtha n'a rien a envier à Achille et autres héros épiques.

Le titre de ce tome I, "le lionceau des sables", reprend une double idée. Celle selon laquelle des lions auraient peuplé l'Afrique du Nord durant des siècles, avant d'être repoussés plus au sud., mais aussi celle selon laquelle Jugurtha était un jeune homme dont l'impulsivité lui causa bien des torts, avec les siens d'abord, puis avec les romains. Le titre permet donc de situer le récit tant géographiquement que du point de vue du registre. Nous découvrons donc au fil de la bande dessinée un personnage fougueux, courageux voire téméraire, qui doit faire face aux manigances de son oncle face à des questions de succession au trône Numide.

Finalement écarté du pouvoir, les aventures de Jugurtha peuvent commencer. Et elles suivent relativement son parcours historique : envoyé dans un premier temps en pays Ibérique, jugurtha y fait se preuves et s'y fait les griffes. C'est avec assurance qu'il revient après ça en Numidie, face aux complots de son oncle et des ses cousins.